Pour résoudre quelques difficultés qui pourraient survenir à la lecture de cet extrait de Le Maître du Haut Château, de Philip K. Dick, un bref rappel des circonstances.

Dans ce livre les alliés ont perdu la seconde guerre mondiale, et le monde est partagé par les Japonais et les Allemands.

Voilà, je m'en tiens au strict minimum, mais vous en savez assez. Au passage je vous recommande ce livre, comme bien d'autres œuvres de K.Dick, dont je parlerais sans aucun doute par la suite ici même.

- Kitsch, dit Joe quand la musique se tut. Écoute, j'en connais un drôle de bout en fait de musique. Je vais te dire qui était un grand chef d'orchestre. Tu ne te souviens probablement pas de lui. Arturo Toscanini.

- Non, dit-elle sans cesser de lire.

- Il était italien. Mais après la guerre, les nazis ne lui ont plus permis de conduire, à cause de ses opinions politiques. Il est mort, à présent. Je n'aime pas ce von Karajan, chef attitré du New York Philharmonic Orchestra. Il fallait qu'on aille à ses concerts, après le travail. Ce que j'aime, en ma qualité de Rital, tu peux le deviner. (Il lui lança un coup d'oeil:) Tu aimes ce livre ?

- Il est passionnant.

- J'aime Verdi et Puccini. Tout ce qu'on peut avoir à New York, c'est la musique pesante et emphatique de Wagner et d'Orff ; il faut aller toutes les semaines à ces spectacles sentimentaux du Parti nazi américain à Madison Square Garden, avec les drapeaux, les tambours, les trompettes et la lueur vacillante des torches. L'histoire des tribus gothiques ou autres salades éducatives, chantée au lieu d'être simplement parlée, pour qu'on puisse appeler ça de l'"art".



A liquid, et mon coeur italien.

5 Comments:

  1. Hib's said...
    Ah dans ce cas je suis impatient d'en voir plus sur lui dans sur ce blog. Bouquin plus qu'intéressant qu'il faut que je finisse.

    Tu as lu de ses nouvelles/recueil de nouvelles ? Il existe de très bonnes anthologies très bien fournies que je te conseille fortement.
    DT said...
    Oui, j'ai ça :

    http://www.amazon.fr/Minority-Report-Philip-K-Dick/dp/2070426068/ref=pd_sim_b_4

    et ça :

    http://www.amazon.fr/Paycheck-Philip-Kindred-Dick/dp/2070313719/ref=pd_sim_b_4

    qui regroupent le must des nouvelles de K. Dick.

    Tout se lit très facilement chez K.Dick, ce qui n'empêche pas une profondeur rarement atteinte en SF.

    K.Dick est un grand.
    Hib's said...
    Oui c'est ce qui m'a aussi frappé.

    A scanner darkly je te le conseille également.

    et ya genre ça de très bien : http://www.amazon.fr/Nouvelles-1953-1981-Philip-K-Dick/dp/2207258718/ref=sr_1_15?ie=UTF8&s=books&qid=1220906900&sr=1-15

    avec ça aussi : http://www.amazon.fr/Nouvelles-1947-1953-Philip-K-Dick/dp/220725870X/ref=sr_1_25?ie=UTF8&s=books&qid=1220906984&sr=1-25

    La place/statut de la SF dans la littérature française est "bizarre", mal considérée...alors que chez les anglo-saxons le genre est à égalité avec les autres (ce qui n'empêche pas de bonnes et mauvaises choses d'être écrite des deux côtés même si je connais mal la SF française)
    DT said...
    Je n'ai pas tes deux recueils parce qu'ils coûtent bonbon mais j'ai bien sûr A Scanner Darkly (Substance Mort) qui est considéré comme son œuvre la plus aboutie.
    Liquid said...
    Sympa la dédicace, il faut vraiment que je m'y mette à ce K. Dick.

    En attendant et puisqu'on parle de lui, Toscanini conduit Verdi:
    http://classicistranierinews.blogspot.com/search?q=toscanini
    Jusqu'à preuve du contraire c'est libre de droits (et ne vous attendez pas à de grands chanteurs)

Post a Comment