Sur Twitter entre 10 messages où il nous explique que la vie c'est trop injuste parce qu'il n'a toujours pas reçu d'invitation pour GoogleWave, Jacques Rosselin demanda à l'aube du "gros débat" de ce début de Novembre "qui a un bon texte sur l'identité nationale à proposer ?" (ou un truc dans le genre).

Je me suis dit, ça me ferait bien marrer de lui en proposer un. Mais ça m'emmerderait. Et je suis fainéant. Et puis surtout, il serait obliger de s'opposer à ce que je dis comme le ferait Eric Besson, ou Nicolas Sarkozy, autant dire le mal. Et je suis également quelqu'un de très altruiste. Alors j'ai préféré en resté là.

Même quand il nous montrait que Vendredi n'était pas si "alternatif" que ses créateurs le clamaient en criant comme tout le monde à la censure du site officiel du "débat"
sur l'identité nationale. Inutile de faire un effort pour y voir plus clair ; les interventions citées par certains webtorchons en exemple de messages censurés étaient d'un ridicule consternant.

Réfléchir à une identité nationale hypothétique, c'est faire le lit du nationalisme, en douceur, l'air de rien.


Passons la faiblesse intellectuelle tautologique et la moraline niaise façon prêt-à-penser. Cette "contribution" au "débat" est l'oeuvre d'une "enseignante", "Agnès Lenoire" nous renseigne-t-on. Personnellement j'aurais écris un truc aussi nul j'aurais certainement pas accepté qu'on le publie. Je ne parle donc même pas d'ajouter ma signature à cette oeuvre d'art...
Bah, c'est qu'elle doit en être fière, le pire... Vous me direz, il y en a qui sont fier de leur pays...par exemple la France. Bon ok c'est des nationalistes et c'est mal. Mais est-ce pire que d'être fier d'avoir écris les conneries d'Agnès ?

Et puis entre nous, Rosselin et consorts qui s'indignent...j'aurais proposé ce texte à mon ami Vendredi je suis pas sûr qu'il aurait trouvé le moyen de le publier dans son machin si rebelle, décalé, et "participatif". La vraie censure commence peut-être par appeler ce qu'on n'approuve pas censure.

Entre temps le FN avait créé son site pour montrer qu'il est définitivement devenu un parti d'opposition réactive idiote, "gentil" et "dans le système" type Parti Socialiste...une machine supplémentaire à faire gagner la droite en somme.

Bref...les temps passent et vient alors l'événement du mois : les deux matchs de qualifications de l'Equipe de France pour la Coupe du Monde de Football 2010. La première Coupe du Monde d'Afrique. Il faut absolument que la France y aille nous prévient Rama Yade. Faisait-elle une blague raciste ?

Les matchs arrivent et vient alors l'intervention de génie : Rosselin fait sur Twitter le lien entre l'identité nationale et le football. Je tiens enfin l'article à lui proposer. L'accomplissement de toute une vie.

C'est vrai. Depuis que je suis petit j'adore le foot. Le pratiquer et puis avec l'âge (une preuve qu'en grandissant on devient bête ?) le regarder (enfin, pas des matchs de Ligue1, faut pas pousser non plus). Bon c'est sûr c'est pas spécialement original. Et puis j'ai jamais penser à devenir un grand joueur et tout hein. Mais bon, j'ai toujours trouvé ça fascinant. Quand on y pense tout simplement, ça l'est. Je veux dire...jouer avec quoi les pieds quoi...

Mais c'est pas le mieux. Le foot, on peut y jouer, on peut le regarder. Mais on peut en parler aussi. Et ça, c'est presque le mieux. Faut avouer, il n'y a jamais rien de mieux que de parler pour ne rien dire. Et en France, on peut se laisser penser que c'est un peu notre identité nationale, de parler pour rien dire.

Par exemple, on a souvent dit qu'en France il y avait "60 millions de sélectionneurs". Parce que quand Ginola décide de faire un centre pour personne MadeInLigue1 juste avant la fin du match pour permettre aux Bulgares de crucifier la France devant l'avion pour la World Cup 1994 (USA), "tous" les Français y allaient de leur analyse sur le pourquoi du comment de cette tragique non qualification par une équipe de brelles (qui atteindra quand même les demi-finales...). Parce que quand au Mondial 2002 (le plus moche avec celui de 1990, sauf que dans ce dernier l'hymne n'est pas signé Vangelis...) l'Equipe de France décide qu'elle est tellement forte qu'elle peut se mettre comme handicaps Frank Leboeuf, un Dugarry et un Djorkaeff déjà à la retraite et Djibril Cissé... le tout soutenu par Johhny Hallyday, bah forcement "tout le monde" se sent obligé de commenter dans les bistrots de notre beau pays. Plein de choses comme ça...mais surtout on parle et on parle encore quand Domenech fait tout pour que n'importe quel beauf puisse le remplacer sur le banc de touche...

Recemment Cantona lança "Domenech est le plus mauvais entraîneur depuis Louis XVI" et exprima alors ce qu'on pensait à peu près tous, nous les "60 millions de sélectionneurs" (bon à part que je savais pas que Louis XVI avait entraîné l'Equipe de France). Ce mec est un scandale vivant. Laisser un à trois pauvres malheureux attaquer dans une finale où dès la deuxième période les Italiens n'avaient plus les jambes pour le faire et rendaient donc de plus inutile au moins un des deux milieux défensifs c'est juste tactiquement l'incompétence à l'état brut. Et ça ne fait que démontrer que s'il est arrivé là c'est certainement pas grâce à lui, mais plutôt à un groupe d'une ridicule faiblesse, à un préparateur assez génial pour qu'on puisse faire courir des papys pendant 120 minutes là où l'Italie s'arrêtait à la 45ème, et enfin à un Zidane catalyseur d'une équipe qui ne voulait jamais que le match qu'elle joue soit le jubilé raté du meilleur joueur du monde de l'époque.

Malouda. Ni plus, ni moins. Sous couvert de sa capacité physique et de sa compatibilité avec Abidal qui permettait de renforcer défensivement l'aile gauche française, Domenech nous a donc infligé Florent Malouda. Autant dire qu'avec ce genre de considérations tactiques Domenech avait décidé de faire jouer la France comme des Ecossais. Encore plus chiant qu'en 1998.

Soit, un mec qui a décidé que Malouda était un titulaire indiscutable de l'Equipe de France ne mérite pas de gagner la Coupe du Monde. Mais voilà, le mérite n'a rien à voir avec le sport. Pour ça, il faudrait que le sport soit juste. Mais comme tous les 65 millions d'experts de notre pays ont pu le voir avec le diable Henry, le sport n'est pas juste. Bah, il y aura bien des gens pour dire que c'est juste le foot qui est corrompu par toutes sortes de choses et principalement l'argent. C'est une critique très puissante et nuancée mais elle ne s'applique pas qu'au sport et encore moins qu'au foot il me semble...
Et puis de toute façon, à Athènes en 2004, Vanderlei de Lima, premier du marathon avec une bonne avance, se fait ceinturer par un "spectateur", perd pas mal de secondes et sûrement toute sa concentration (soit un truc assez important pour un marathonien dans les 7 derniers kilomètres...) de sorte qu'au final il échoue à la 3ème place. No comment.

Les grands penseurs du sport diront que c'est du fatalisme ou de l'esprit de perdant mais il est indéniable que ce n'est pas toujours le meilleur qui gagne. Sinon pourquoi la Grèce a gagné l'Euro 2004 ? La réponse de Domenech et d'autres penseurs pré-cités serait toute simple : l'équipe n'était peut-être pas la meilleure à la base, mais grâce à une organisation tactique travaillée et respectée elle a su être meilleure pendant les matchs. Autant dire qu'entendre ce genre de superbes analystes dire "que le meilleur gagne" avant un match c'est l'occasion d'assister à l'accomplissement du vide total. Pour eux, celui qui gagne est forcement le meilleur. Mais non. Et pour notre ami Raymond, précisons : on peut même gagner en faisant les mauvais choix.

Regardons du côté du poker. Vous arrivez à une table où le niveau est globalement bon. Mais un joueur débutant s'est incrustré "pour faire le pigeon" vous renseigne votre pote. Le problème c'est qu'en suivant des tapis avec rien et 3 cartes à tirer il gagne des coups insensés depuis le début de la partie. Vous vous retrouvez en duel contre lui après avoir posé votre jeu pour attendre le bon moment pour prendre les jetons d'un joueur qui paye facilement. Arrive AA. La suite on la connait, vous aurez joué d'une manière parfaite, non seulement pour une partie de haut niveau, mais pour faire face à un joueur débutant, et ce dernier en faisant n'importe quoi va vous battre. En faisant les mauvais choix à chaque main il gagnera. On peut s'appeler Domenech ou tout autre intellectuel de haute volée dans le style mais dire que les choix ne sont pas mauvais puisqu'il a gagné et payer un tapis préflop avec 7 et 2 non appareillés contre un joueur sérieux qui a AA c'est un mauvais choix, qu'importe qu'à la fin vous gagnez.

Intuitivement on voudrait répondre que le poker est un jeu de hasard. Ou du moins que c'est plus un jeu de hasard que le football. Et du coup les choix sont plus prépondérants au football. Mais n'oublions pas qu'au football le sélectionneur n'est pas sur le terrain... Ce qui appuie cette vérité : on peut gagner en faisant les mauvais choix.

C'est ici que se joue la principale ligne d'attaque contre Domenech. Son discours est le suivant "j'ai fait ce résultat à ce match c'est donc que l'autre gros naze qui court mais qui a deux pieds gauches n'est pas si nul que ça". Pourtant le copain d'Estelle Denis est tributaire de nombreuses déconvenues françaises. L'exemple type est peut-être bien ce match retour en barrages contre l'Irlande justement. Gignac en pointe ? On a fait de ce mec un sauveur parce qu'il a marqué l'unique but aux Iles Féroés et qu'il en a claqué deux au retour (plus un sur les trois de la France contre une Autriche qui n'en n'avait plus rien à foutre)... Lamentable. Que ceux qui n'y connaissent rien le plébiscitent unanimement ça peut passer, mais le sélectionneur de l'Equipe de France ? Lui n'a pas le droit d'être aussi incompétent. Résultat : bah contre une vraie équipe (pas non plus exceptionnelle faut arrêter aussi...) comme l'Irlande Gignac n'a rien branlé. Si, un ballon directement en touche alors qu'il était devant le but vide après un gros travail d'Anelka. Et Benzema ? Je veux bien qu'il n'ait pas été monstrueux avec l'Equipe de France et qu'il soit con comme un balais, mais eh, les mecs, on parle de foot hein, pas d'échecs. Le réalisateur de Trainspotting disait : "Le cinéma, c'est comme le foot : un jeu simple compliqué par des idiots." On voit bien ici que les idiots ne sont pas que les joueurs. En plus il se contredit ce bougre de Raymond, parce que putain dans ce cas comment Abidal a pu faire 3 matchs en défenseur axial alors que la première fois qu'il l'a fait (Euro 2008 contre l'Italie) il a pris un carton rouge et a donné un penalty légitime ? Pourquoi Frey n'a pas eût la même chance après sa boulette face à l'Ukraine (dans un match qualificatif sans enjeu...) et surtout face à des buses comme Coupet ou Mandanda ? Non, Domenech après avoir viré Benzema, le meilleur attaquant français avec Anelka, au profit d'un manouche gras fils spirituel de Guivarch, s'apprêtait à répondre à ses détracteurs de la manière suivante : "vous avez raison, je suis nul".

La preuve : bon, passons sur le fait que Henry n'a pas dribblé un joueur balle au pied depuis 2002. A la 56ème minute de ce match de légende on est heureux d'apprendre que Gignac va sortir. Merde Domenech m'a entendu pleurer en criant "Putain Domenech connard dégage moi ce gros porc de voleur de poule de ferrailleur de mes deux ça fait chier là !" (C'est que le foot me fait parfois devenir un peu bête). Miracle. Viens le gros hic : alors que l'Equipe de France est menée au score et se fait violer sur le terrain par une Equipe d'Irlande sur le point de décrocher le ticket pour l'Afrique du Sud, Domenech pense que celui qui doit remplacer Gignac c'est Govou. Oui Govou, ou le non talent incarné, syndrome du sport de haut niveau où le talent disparait de plus en plus pour la puissance physique. Govou, et non pas Benzema, un mec capable de rater un caviar au point de penalty pour ensuite enchaîner un triple passements de jambes puis une frappe en pleine lucarne à l'entrée gauche de la surface. Benzema donc, va pouvoir se la toucher sur les bancs pendant que d'autres ont le luxe de pouvoir faire ça sur le terrain. Puis Domenech accomplit un acte de pur génie, un truc qui pourrait rentrer les annales des pire choix en tant que sélectionneur. A la 87ème, il retire Gourcuff pour...Malouda. Le pire c'est que ce dernier est bien meilleur qu'en 2006 mais tactiquement que voulait Domenech ici ? Il ne maîtrisait plus rien donc il s'est dit "bon on va retourner dans mon schéma à la Grèce" avec 9 défenseurs et 2 attaquants... Là où le destin est grand, c'est que cette fois-ci il n'aura pas pu nous sortir son "bah vous voyez que j'avais raison" puisque le but de la qualification est trois fois à chier : d'abord c'est un coup de pied arrêté, ensuite il y a hors-jeu à la base, et enfin il y a main. Le "scandale" autour de la main (passons toutes les considérations d'experts genre Dechavanne qui ne comprennent pas vraiment ce qu'est le football) c'est surtout ça : l'évidence aux yeux de tous du fait qu'on peut gagner en faisant les mauvais choix.

Le pire c'est qu'avec tout ça, Domenech nous joue la jurisprudence Aimé Jacquet, qui dit qu'un sélectionneur qui fait plein de choix qui vont contre l'opinion publique et qui est donc détesté unanimement peut quand même gagner la Coupe du Monde... Hormis le fait qu'on a montré que ce n'est pas parce qu'on a gagné qu'on a fait les bons choix, ici il faudra quand même expliquer à Raymond que contrairement à Aimé Jacquet si ses choix sont conspués, c'est parce qu'ils sont indiscutablement mauvais. Jacquet lui a été détesté d'abord pour ses choix qui allaient contre l'opinion : il écarte Papin, Cantona et Ginola de l'Equipe de France dès 1996. C'est un peu comme si Domenech avait écarté Ribery, Gourcuff et Benzema... Non le pauvre Raymond est vraiment naze. Parce que si on peut dire que Jacquet a manifestement été très fort durant son exercice avec une demi-finale d'Euro et une victoire de Coupe du Monde en faisant jouer à la France un football révolutionnairement chiant, on peut surtout s'accorder sur le fait que le football de Domenech est non seulement plus chiant, mais surtout beaucoup moins efficace. Et tout ceci avec à sa disposition un effectif bien supérieur.

Au final la seule chose sur laquelle a raison Domenech est que les Français sont hypocrites. Ils trouvent le jeu de Jacquet lourd et ennuyeux à mourir, puis quand celui-ci gagne la Coupe du Monde ils en font un demi-Dieu. Ils trouvent Domenech encore plus chiant et plus nul et quand ce dernier au vu de son incompétence (euh non pardon Raymond, t'as raison, au vu du fait que "maintenant toutes les équipes sont fortes, et les Iles Féroés faut pas les prendre à la légère ils sont pas si mauvais, etc"...) fout l'Equipe de France dans le trou et à la limite de ne pas jouer la Coupe du Monde 2010 ils forment une sorte d'union sacrée autour de lui et de l'équipe pour décrocher le billet pour l'Afrique du Sud...comble de l'hypocrisie, ils retournent encore leur veste pour crier au scandale quand la qualification déifiée pointe le bout de son nez. A mort la France, vive l'Irlande, ça c'est des vrais. Ca doit être ça l'identité nationale française, une sorte d'humanisme lointain qui consiste à préfèrer les clochards qui vivent à l'autre bout de la planète que ceux qui font la manche sur le pas de notre porte.

Sinon, Jacques, j'ai des invitations à offrir pour GoogleWave.

0 Comments:

Post a Comment